Il était une fois...La khanardie
yayoun

Aucune participation prévue dans les 8 semaines à venir.

Sa fiche

Il était une fois...La khanardie

Par yayoun - 22-09-2008 17:30:11 - 8 commentaires

Semaine du 20 septembre, un nouveau week-end magique se profile, un week end idyllique, un week end en khanardie...

   Arrivée prévue: vendredi soir. Mais je me heurte au paradoxe de ce week end: à une semaine du marathon, il va falloir allier raison sévère et folie douce, dur, dur...Le vendredi est là et j'ai besoin de sommeil. Nous savons tous que les we de off permettent difficilement de récupérer (Mea culpa) et il me faut une bonne nuit dans un vrai lit. Je partirais donc le samedi matin et bonus, cela m'évitera les embouteillages. 

    Samedi: après un rapide passage chez DK étant donné que je n'arrive pas à retrouver mon sous-sac chez moi, je prends enfin la route direction le pays des canards, des castors et des dingos...(Est-ce bien raisonnable???). 12h, mon téléphone sonne en plein démarrage en côte. Le seul qui peut m'appeler à ce moment ô combien périlleux de ma conduite ne peut être qu'un animal à longues dents: le castor. T'es où? J'arrive mais la Khanardie, ça n'existe pas sur mon GPS. Perdue dans mes pensés et malgré le plan du canard, je me perds dans la réalité et je me retrouve de l'autre côté d'une rivière mais ce n'est pas la bonne Je reviens sur mes pas et là, apparition divine, une voiture noire avec un autocollant kikourou surgit de nulle part devant moi (on peut se convertir au kikourisme???): Paspeur et Mme Paspeur. Merci le dieu kikou, je les suis jusqu'à la maison magique perdue au milieu d'une île: le royaume du sieur Khanard. Ca y est, on débarque de la voiture, le week-end de folie peut commencer

   Je retrouve Paspeur et Mme Paspeur, mes sauveurs, Béné, Jérôme, Cédric et je fais connaissance avec la fée Pascale, reine du royaume du khanard et les petits princes (Juliette nous fera même l'honneur de la couronne le dimanche). 

   Premier étape: décharger la voiture. C'est pas tout ça mais il y en a qui s'entraînent pour l'abracadabra et j'ai huit litres de bière dans le coffre Les miens ajoutés aux 10 litres d'Alain, je sens qu'il y en a qui préparent le podium

    Je découvre le lieu des célébrations, une immense tente aux couleurs de kikourou dans laquelle les agapes s'apprêtent à commencer...Il fait beau, ce week end s'annonce comme formidable...Je rencontre de nouveaux kikoureurs, de nouvelles recrues dûment intégrées et bizutées durant ce week-end...

    Les festivités peuvent commencer...On peut le dire, les kikous ne sont pas avares dans leurs offrandes de victuailles et de nectar des dieux sur l'autel du sport...Je goûte l'une des multiples sortes de bière offertes à nos yeux et à nos papilles mais décidément, la bière, ce n'est pas mon truc...L'abracadabra, pour moi, sera en classement sobre...

    Ca discute, ça mange mais bon, c'est pas tout ça mais on a aussi prévu de courir. Dans un monde raisonnable, je devais faire une petite sortie samedi, 1h max mais comme la raison m'ennuie de temps en temps et que je préfère la douceur de la folie, je m'embarque avec les autres pour  une sortie bien sympathique de 3h, 18km et 800m+. 

J'y apprends  à connaître un sacré bout de femme, Maria dont les mérites m'avaient déjà été vantés par différents kikous et c'est le coup de coeur. Déjà, elle parle au moins autant que moi et même les côtes ne la font pas taire mais surtout elle a une gnaque, un dynamisme, une quantité de choses à m'apprendre, je sens qu'on va bien délirer (d'ailleurs, plus sérieusement, ce qui est aussi génial dans un off, c'est tout ce que j'y apprends, les cours de descente avec Petitjean, de montée avec Denis (attention le Castor si tu me pourris cette phrase) et Maria, de volonté avec Béné, bref, tout le monde m'apporte quelque chose et tout cela, c'est le secret des moments magiques). On pose les voitures, Le castor est ravi de descendre après avoir été entouré de filles qui lui ont détruit les oreilles pendant tout le trajet (pense au nombre d'hommes qui auraient voulu être à ta place et on attaque par la montée de la mort qui tue. Béné voulait apprendre à monter, ben on va pas être déçu du voyage. Il fait beau et chaud et rien que ça déjà, ça fait un bien fou...On monte et ça discute. Le paysage est magnifique, le thym est encore en fleur. On croise quelques chasseurs mais ceux-là ont la fleur au fusil (enfin, en tous les cas, ils ont le fusil cassé, c'est déjà ça et puis, ils font pas le poids face à 30 huluberlus tout de rouge vêtus). On continue de monter mais le souffle parvient de moins en moins à soutenir le phrasé. Avec Béné, on passe un pacte. On fera toutes les deux notre première saintélyon cette année alors si elle arrive, j'arrive et si j'arrive, elle arrive, c'est ça aussi l'esprit kikourou. 

    Bien évidemment, ça monte toujours, ça griffe, c'est inadmissible, l'organisateur du off n'a même pas tailler les ronces et nettoyés les chemins pas plus que les chasseurs d'ailleurs ( à bon polémiqueur salut) et enfin on commence à voir les ruines du chateau. Le paysage est somptueux avec les montagnes bleues sur la gauche, les ruines sur la droite: elfes et farfadets, où êtes vous? En tous les cas, il y a trentes princes et princesses au milieu des ruines ( et oui, vous savez tous que Kikourou est le pays des Bisounours) et l'une d'entre elles nous enferme dans une boîte magique avec les ruines derrière nous et capturent ces moments pour les inscrire dans l'éternité de Picasa...

   Petit ravitaillement en haut avec au choix: les spécialités régionales de Maria, le pain d'épice de Célia ou les barres au café de Badgone (ah, pauvre Castor qui a servi de cobaye). C'est pas tout ça mais c'est venté comme coin quand même et il est d'attaquer les descentes ...Grrr, j'aime pas les descentes. En plus, la raison rejoint enfin mon cerveau et j'ai aucune envie de me faire une cheville à une semaine de Genêve. Petitjean me rappelle de me pencher plus vers l'avant, Paspeur m'explique que mes pieds avancent tout seuls, que je n'ai pas besoin de les regarder et qu'il me faut poser mon regard loin devant  et les deux de préciser que j'aurais l'air moins crispé .Comment, moi, crispée???Mais non voyons, je suis super détendue, ça ne se voit pas? Quelqu'un voudrait-il me prêter des pieds qui avancent tout seuls parce que là...ou alors des bottes des sept lieues (dis Petitjean, tu me prêtes tes chaussures???). Evidemment, comme dans toute descente qui se respecte, l'organisateur a placé des ronces, des pierres, des racines et un photographe en bas pour filmer la chute quasi inévitable si on regarde l'objectif. Mais ça passe. Finalement la danse de salon, ça sert en trail: 1, 2, 3 pied gauche sur cette pierre, 1, 2, 3, droit sur l'autre pierre, je sens que je vais progresser en tango...

    C'est ensuite le moment de choisir entre petit parcours et un peu plus grand: et là la raison me fait fux bond et le khanard m'entraîne dans le tourbillon de la folie en m'expliquant que si je cours le marathon, même pas besoin de me poser la question, je les suis. Mais pétard, ça monte dans les ronces. Je suis les conseils de Maria (qui soit dit en passant marche aussi vite que je cours en montée) et j'imagine que je tiens une corde pour monter mais là, la corde , elle va pas tarder à claquer et je vais me la reprendre en pleine face. Heureusement, je trouve un nouvel objet de motivation qui fonctionne plutôt pas mal. Et on arrive enfin en haut après avoir un peu herborisé, récolter quelques épines de ronce, quelques griffures mais après avoir dégusté les mûres mûres à point et à coeur.

    Et c'est parti pour une nouvelle descente, direction les voitures et enfin, après trois heures de course, retour au bercail où des agapes encore plus décadentes nous attendent...La suite plus tard. A la façon du narrateur de Jacques le Fataliste, je profite de ma position pour vous faire languir...Que s'est-il donc passé samedi soir chez le Khanard? 

Billet précédent: Bienvenue
Billet suivant: saturday night fever in Khanardie

8 commentaires

Commentaire de L'Dingo posté le 22-09-2008 à 17:43:55

Ca commence fort. Evidemment très bien écrit ( encore une , grrr!!). Voila donc l'épisode 1 du Blog "Les Feux de Yayoun" --- au fait on a ccru la bande passante et le disque dur sur le nouveau serveur ???? :-)))

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 22-09-2008 à 18:18:34

Ya bon Yayoun ! Encore du Khanard, j'en raffole !

Commentaire de laurent05 posté le 22-09-2008 à 18:27:11

merci sarah de nous faire partager ce fabuleux weekend
je sais les absents ont toujours tords
à quand la suite

Commentaire de L'Castor Junior posté le 22-09-2008 à 18:30:25

A mon avis, les montagnes bleues, c'est le deuxième effet Despe... :p

Commentaire de béné38 posté le 22-09-2008 à 20:01:29

Quel récit !!! superbement écrit, à un rythme aussi rapide que ton débit (non pas taper !!) et que ta foulée !! Allez maintenant St Yorre à tous les repas et repos, c'est que dimanche t'as une 'tite course. Bises

Commentaire de Khanardô posté le 22-09-2008 à 21:02:23

C'est énorme ! Quand je pense qu'on a attendu ton blog si longtemps... mais que fait le boss bordel ?
Vite vite le billet N° 3 !

Commentaire de ampoule31 posté le 22-09-2008 à 21:22:10

Ah ben oui Maria ! Avec elle dans la voiture pas besoin d'autoradio !

Commentaire de Xavhië posté le 23-09-2008 à 00:37:07

La suite, la suite, la suite!!!! Merci Yayoun!

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Haut de page - Aide - Qui sommes nous ? - 0.17 - 112036 visites