KikouBlog de yayoun - Septembre 2009
yayoun

Aucune participation prévue dans les 8 semaines à venir.

Sa fiche

Archives Septembre 2009

Ma course de grande...partie 2

Par yayoun - 05-09-2009 19:20:43 - 1 commentaire

La suite de mon récit est enfin à lire...ICI (Merci le Lutin)

Voir le commentaire

ma course de grande...Partie I

Par yayoun - 04-09-2009 17:18:45 - 1 commentaire

Pour la suite des aventures, c'est ICI: 

http://www.kikourou.net/recits/recit-8595-courmayeur_-_champex_-_chamonix-2009-par-yayoun.html

Voir le commentaire

Ma course de grande...Préambule

Par yayoun - 02-09-2009 18:01:00 - 3 commentaires

 Les plus belles découvertes cesseraient de me plaire si je devais les garder pour moi, Sénèque.

Prologue:

Août 2008: j'accompagne Jérome_I sur l'UTMB avec mes parents. Je vois le départ. On se dit qu'on doit le faire l'année prochaine. On accompagne, on voit les coureurs se défaire et on pense que c'est un truc de dingue. On regarde l'arrivée, je pleure de voir ces inconnus aller au bout de leurs souffrances et je veux absolument en être.

 

Décembre 2008: inscription: pensant qu'il y aurait un tirage au sort, nous nous inscrivons pour être sûrs de participer en 2010.

6 janvier: pas de chance, on est tous inscrits, il nous reste neuf mois pour nous préparer.

 

Préparation:

Avril: Trail des Glaisins:30 kms, 5h, j'arrive à la ramasse avec une bonne grippe.

5 Mai: Nivolet-Revard: 49 kms, 8h55: j'arrive avant-dernière complètement explosée et il faut que je cours le double en août.

Juin: j'enchaîne les trails courts: Faverges odlo (28 kms), Aravistrail (17 kms), Cross du Mont Blanc (22 kms) et la forme commence à venir.

12 Juillet: Merrell sky race: 68 kms, 3600+, j'arrive dernière des finishers en 15h45 mais en bien meilleur état. Juste un petit orteil explosé, problème que je solutionne en changeant de chaussures. Et oui, mes chaussures étaient trop petites...C'est bien la première fois que ça m'arrive.

Fin Juillet: traversée de la Corse par le Mare a Mare centre en trois jours et demi: 70 kms, 4500+.

Mi-août: dernière sortie longue au Buet: 1700+.

Merci à tous ceux qui m'ont accompagné dans mes sorties longues en me faisant découvrir la Yaute et d'autres paysages à commencer par mon premier supporter Nico qui m'a prise avec lui dans la majorité de ses sorties longues ( et pourtant, Dieu sait s'il court plus vite que moi). Un grand merci aussi au Rapace pour les Mole faits et le Buet, à Mai74 pour ses conseils en descente, à Béné, Nono, au Castor, à Rapacette qui assurait le ravitaillement d'après course, à Mamanpat pour les entrainements du jeudi midi et les séances de fractionnés-papotage...(si, si c'est compatible), à Totote et Tercan qui m'ont fait bénéficier de leurs expériences précédentes et à tous ceux qui m'ont délivré leurs conseils, leurs secrets de grands pour m'aider moi aussi à grandir

 

Le sac:

au moment du départ, il pèse 2 kgs sans l'eau mais pendant la course, j'utiliserai tout ce qu'il y avait dans mon sac. J'y ai juste rajouté une petite peluche porte bonheur, un petit nounours qui me suit dans toutes les balades. Je vous le présenterai une fois sur mon blog.

 

Ravitaillements: mon plus gros problème en course longue est une sorte de faim constante: je pars donc avec neuf barres de pâte d'amandes et pâtes de fruits sur moi ainsi que trois mini-sandwichs jambon fromage.Je me suis rendue compte qu'au moment des heures de repas, j'ai besoin d'un truc un peu consistant. Je rechargerai neuf barres à Champex.

Assistance: Nico aura été mon coach pendant toute la préparation (et bien plus que ça évidemment) et sera à mes côtés tout le long de la course, pensant pour une fois de l'autre côté de la barrière. J'ai prévu une tenue de rechange à Champex, un double de tout ce que j'utilise en course et surtout, toutes sortes de nourriture pour pallier les différentes difficultés digestives allant du Nutella aux cacahouètes en pensant par les gels, les sandwichs, du riz (je ne mange jamais de pâtes en course telles quelles) , du coca, etc...

 

Mercredi: retrait des dossards.

Je file sur Chamonix chercher mon dossard. J'ai des papillons dans le ventre. Arrivée sur l'esplanade, je découvre un autre monde. Erreur de débutante, ma tenue n'est pas du tout adaptée...Honte à moi, je suis venue en tenue "civile" avec en plus des tongs aux pieds. Mille excuses, je ne savais pas que la course était mercredi et je ne savais pas non plus qu'il fallait prouver qu'on avait le physique en arborant les tee-shirts des plus grandes courses que l'on a faites. L'année prochaine, c'est promis, je mets la casquette des aiguilles de Bavella, le tee-shirt UTMB, la polaire finsher, le cycliste Faverges Odlo et j'enveloppe mes chaussures dans les sacs à chaussures gagnées sur d'autres courses...

Je découvre le labyrinthe du retrait des dossars avec une organisation un peu tortueuse, je fais baguer mon sac, je ne me fais pas mettre la bague au doigt mais le bracelet au poignet, je retire mon dossard et pars à la recherche du tee-shirt magique dans le village marathon. J'en profite pour faire tatouer mes boosters et je file direction Annecy, cette ambiance me mettant un peu la pression.

 

Jeudi: les gens du supermarché se demandent pourquoi j'ai une puce au poignet: serais-je une dangereuse délinquante multi-récidiviste???

Pire que ça, je suis "une folle qui va traverser les montagnes en courant"(je cite les paroles entendues chez des randonneurs lors de la course), quelqu'un qui va essayer de repousser ses limites et d'aller au bout d'elle-même et qui va découvrir que toute la frime du retrait des dossards aura totalement disparu à deux heures du matin dans la tente de Trient, laissant les coureurs nus face à eux-mêmes, leurs doutes, leurs peurs, leurs souffrances, leur vérité.

Il est parfois bon d'avoir un grain de folie, Sénèque.

Voir les 3 commentaires

Haut de page - Aide - Qui sommes nous ? - 0.16 - 107226 visites