KikouBlog de yayoun - Septembre 2008
yayoun

Aucune participation prévue dans les 8 semaines à venir.

Sa fiche

Archives Septembre 2008

Marathon de Genève: objectif atteint :-)))

Par yayoun - 28-09-2008 18:26:51 - 25 commentaires

 

3H51'34""2

4e femme catégorie 1

3e par équipe 

YES!!!!!!!!!!

 

 

Le compte rendu après une bonne nuit de sommeil, car là, la Yayoun, elle est toute cassée...

Merci à tous pour vos encouragements, vos appels, vos messages...Je vous embrasse tous très forts, vous avez été

FORMIDABLES!!!!

Voir les 25 commentaires

Marathon: J-2 Schizophrenia

Par yayoun - 26-09-2008 19:21:02 - 14 commentaires

 Ca y est, on y est, plus que deux jours avant le grand jour...

  Météo émotionnelle du jour: mélange d'excitation, d'impatience, de doute, de peur, de joie...

  J'ai fait ma dernière sortie: 3X 1000m et alléluia, j'ai retrouvé mon allure: 3x 5'35" à la seconde près. En passant sous le pont au 3e 1000m, je ne peux m'empêcher de sauter de joie devant des skaters quelque peu étonnés devant cette démonstration et qui ignorent l'enjeu terrible de ces enchaînements (le sais-je moi-même?) L'allure est en mémoire, je connais mon rythme, la pulsation à laquelle je dois être, reste plus qu'à la tenir du 1er au 42e km. Je l'ai tenu sur 3km...ça suffit pour faire mon bonheur aujourd'hui et me rassurer. Merci Yoda

   Les affaires sont prêtes, les temps de passage sont gravés dans ma tête avant de l'être sur mon bras dimanche, les gels et pâtes de fruits sont comptés, le sporténine est là, la playlist est en train de se fabriquer (science ô combien précise me permettant d'avoir la bonne musique au moment adéquat )...Ai-je oublié quelque chose???

   Météo du corps: ça tiraille un peu à l'ischio gauche et au tendon gauche mais si je n'ai rien à monter ça marche et c'est l'un des marathons les plus plus plats. Mes pieds ont été massés, bichonnés, crémés depuis un mois...Les gars, je compte sur vous, c'est pas le moment de me lâcher...Et toi non plus l'ischio, ne me joue pas un sale coup, je te promets qu'à partir de dimanche après midi, tu n'auras que du repos jusqu'à l'arrancabirra et un vrai massage avec un vrai kiné

   Météo de la tête: 

Je suis pressée d'y être, de vivre ça, de voir si je peux y arriver. Je me souviens de ce bonheur intense lorsque j'ai franchi la ligne de mon premier marathon, ce sentiment extatique, les larmes qui montent aux yeux quand on entend un encouragement sur la fin du parcours. La joie aussi immense de partager ça avec mes parents, de vivre ces moments forts ensemble, de faire chacun sa course, de se retrouver à l'arrivée et de refaire sa course pendant des heures. Impatiente aussi de me dépasser, d'atteindre mes limites et les repousser. Vais-je y arriver? Je n'en sais rien, le marathon n'est pas une science exacte, aucune course ne l'est d'ailleurs. Mais je vais tout faire pour, donner le meilleur de moi-même, y mettre toute ma passion, ma rage et mon envie et puis inch'allah. Si ça ne marche pas, on dira que je me suis arrêtée faire du shopping chez Rolex et je retenterai ma chance en Avril avec une vraie préparation en 12 semaines cette fois-ci....Mais en même temps, je veux quand même y arriver...

    Ah, le doute, la pression qu'on peut arriver à se mettre tout seul...Le doute justement. Le premier marathon, c'est simplement l'impatience, la hâte et la peur de découvrir l'inconnu, de vérifier si on peut arriver à remplir ce nouveau défi...Mais là, c'est le deuxième sur bitume...Je sais que je couvre la distance, je l'ai déjà fait...Depuis le premier, j'ai enchaîné les courses, quitté le bitume pour rejoindre le trail...Ma dernière course sur bitume remonte au Marseille-Cassis 2007...Vais-je être capable de courir tout le long? Et puis je me souviens aussi de la manière dont j'ai tapé le mur au 32e km, de cette femme qui m'a poussé dans le dos sur 500m pour que je recommence à courir (sera-t-elle là cette fois???), de ces douleurs dans des zones de mon corps que je ne soupçonnais même pas, de mes jambes que je ne pouvais plus soulever le long des trottoirs...et là, le 32e km, je l'attends au tournant ( ce serait pas possible de faire 43km et d'enlever le 32e????). 1er marathon après 3 mois d'entraînements, 2e après 2 ans, ai-je progressé???

    Mais je me souviens aussi de mon sprint final, de ses ressources que j'ai été puisées je ne sais où, de ce bonheur intense et immense quand j'ai passé le 40e km et que j'ai su que j'allais y arriver, de ces moments de partage avec des coureurs dans la même galère que moi, alors Genève me voilà et advienne que pourra...

   En tous les cas, objectif réalisé ou non, je compte bien m'éclater, profiter du public, des encouragements, des animations, du paysage, de cette immense fête qu'est le marathon...et bien évidemment, un petit bonhomme dans ma tête espère que cette médaille en plexiglas, je la passerai autour du cou avec le même bonheur et la même fierté qu'à Lyon et qu'à La Flégère et qu'à ce moment là mon chrono affichera 3h59'59"...ou au moins 4h13...

Bon, maintenant, fini de tergiverser, j'ai tout à y gagner et certes, 4h ça peut paraître super facile pour certains mais pour moi, ce sera la marche la plus haute du podium... Alors, je la ferme, je fonce, cours et me défonce ...

 

En tous les cas, merci à tous ceux (ils se reconnaîtront) qui m'ont aidé pendant la préparation, qui m'ont  entraînés, mis des coups de pied au c*** pour me faire faire des fractionnés, me faire courir sous la pluie , dans la boue, sous les orages, conseillé, rassuré, répondu à mes tonnes de questions, motivé, redonné la gnaque, l'envie, bref, qui ont été là pour moi...RDV dimanche 8h30 et en attendant

ENJOY. 

 

Et surtout bon courage, bonne chance à tous ceux qui vont courir ce week-end, les allumés qui vont aux Terrils, Jérôme (trail ou semi de Turin?), Caro à Millau,Maria pour ta CO, Séverine, Nico, Christian, Martine pour les Aiguilles Rouges, Françoise et Xavier aux balcons de la Nesque, à tous ceux qui sont en train de courir sur les traces des héros grecs au Spartathlon, tous ceux que j'oublie et qui seront sur les routes, les chemins ce week-end...Eclatez-vous, amusez-vous bien...ENJOY

 

Voir les 14 commentaires

Ode à mon polar

Par yayoun - 25-09-2008 15:49:02 - 10 commentaires

O toi mon polar chéri, 

Ami de mes sorties, 

compagnon de mes courses, 

partenaire de mes envies, 

toi qui fait battre mon coeur à 70 ou 8O pour cent,

toi qui peut m'indiquer la vitesse où je descends,

toi qui peut me préciser ma vitesse de montée,

toi seul peut me dire jusqu'au je me suis élevée,

personnage secondaire de tous mes récits,

soleil le jour, lumineux la nuit, 

toi que je n'ai pas su aimé,

toi que j'ai malencontreusement frappé,

au crépuscule d'une sortie énervée,

contre le poteau d'un feu éclairé,

toi dont j'ai fait éclaté,

en morceaux le verrre brisé, 

tu m'es revenu encore plus beau qu'avant

justement au plus propice des moments

celui où j'avais de toi,

pour me rassurer, me calmer, 

me dire quand accélérer, 

te faire à nouveau le témoin de mes émotions

et l'allié de ma passion, 

je te promets ce soir de te faire recourir, 

je te promets de toujours te chérir

pour le meilleur et pour le pire

de t'emmener dimanche autour du lac promener

de me laisser me porter

pour en moins de quatre heures terminer

et de toujours t'adorer pour que plus jamais

ton fragile coeur de verre ne soit brisé.

 

Mignon, allons voir si la rose...

 

Un jour, au GPS je te marierai

et nous serons alors plus forts que jamais 

Voir les 10 commentaires

Marathon: J-4: Yoga in the city (volontairement hyperbolique)

Par yayoun - 25-09-2008 11:41:24 - 8 commentaires

    Hier soir, antépénultième entraînement avant le marathon. Je pars donc sur les quais faire 3X1000m à allure marathon ou plutôt essayer. J'en profite pour enfiler la tenue choisie pour le marathon, ma nouvelle pochette spéciale pâte de fruits et je pars courir. C'est génial, il fait bon, je vais pouvoir courir en débardeur avec mes manchons si la clémence du temps se poursuit. 10' d'échauffement puis je profite de l'étalonnage du semi pour commencer les 1000m. Premier: 5'10"...Aie, c'est beaucoup trop rapide...C'est pour ça que dans ma tête, je me disais que je tiendrais jamais cette vitesse sur 42 km. Deuxième 1000m: je pars plus doucement: 5'20" Grrr, encore trop rapide...3e 1000m: 5'25" ...mais, euh je dois faire du 5'40"...J'arrive plus à retrouver mon allure marathon...Le stress monte... Et comment je fais si je pars trop vite? Comment je fais pour pas perdre des secondes au ravitaillement? J'ai pas intérêt à avoir un lacet qui se défait...STOP...on arrête les questions et on récupère en profitant du soleil et en oubliant 5 minutes le chrono, les temps de passage...Est-ce que je vais arriver à passer en moins de 4h???? Au moment où je me pose cette question, des cygnes arrivent en volant vers moi...C'est bon, ils arrivent par la droite, signe de bon présage dans l'antiquité romaine... 

   En attendant, pour  me détendre et parfaire ma préparation mentale, je rentre me changer chez moi et file au yoga. Ce soir, j'expérimente un nouveau type de yoga: le yochiga. Tien, il y a beaucoup de monde à ce cours...Enormément de femmes...Surtout des vieilles...Est-ce signe que je risque de m'ennuyer quelque peu dans ce cours???

    Je franchis la porte, prends mon tapis et là tout à coup je comprends le monde, les femmes, les vieilles...Le prof...Waou...Yammi...Un athlète grec...Un modèle parfait pour un cours d'anatomie...Je n'ignorais que le yoga dessinait les muscles comme ça...Bon, concentrons nous. On est là pour se détendre et tourner son regard vers l'intérieur et pas vers les pectoraux du prof

   Je m'allonge sur le tapis, me concentre sur ma respiration, écoute sa voix inspirez, expirez...je me détends profondément...étire les bras, les mollets et c'est parti pour les positions...A genou sur le tapis, allongez vous, faites glisser menton et poitrine contre le tapis puis passage en cobra, chien à trois têtes, planche, guerrier...Tout cela éveille dans mon esprit l'image de positions beaucoup moins catholiques mais chut, ...on se concentre sur la respiration. Aie, aie, aie, c'est que ça fait mal cette position...Mais comment il arrive à placer sa main de cette façon là sans se déboiter l'épaule...Je me concentre sur lui mais je le jure, c'est pour  la bonne cause...Mais c'est qu'il y a des nanas qui trichent...Elles font exprès de mal faire la position pour qu'il vienne les corriger Ten, vous pourriez mettre vos mains sur mes lombaires pour accentuer l'étirement du dos et des ischios...tiens d'ailleurs, c'est vrai, j'ai l'impression que mes ischios ont raccourci depuis que je cours...ça tire plus que d'habitude...Allez, après les positions debout, on passe au sol...Et plus sérieusement, ça fait un bien fou de renouer avec son corps (et pas avec celui du prof bien sûr), de se concentrer uniquement sur sa respiration, sur la manière dont son corps s'ancre au sol. Enfin, on passe à la méditation guidée par une douce voix votre corps est lourd, laissez le s'enfoncer dans le sol, prenez conscience des autres autour de vous (tu m'étonnes, c'est fait) et maintenant faites abstraction d'eux (ah, ben non, c'est beaucoup moins marrant), vous ressentez une sensation de bien être intérieur et extérieur (non, sans rire), imaginez une situation dans laquelle vous êtes bien ( mais non, même pas vrai, je suis là pour préparer le marathon, je m'imagine en train de franchir la ligne d'arrivée et de voir son chrono 3h59, j'y suis, j'imagine les couleurs, les odeurs, les encouragements, les émotions ressenties, je crée la visualisation qui m'aidera dans les 10 derniers kms) et hop, on repasse en position du lotus et c'est déjà fini...

   Sérieusement, ça fait un bien fou...J'ai l'impression d'une parfaite maitrîse de mon corps, de chaque muscle, chaque articulation, de leur parfaite cohérence et harmonie, de l'énergie qui circule dans mon corps...Je contrôle mon corps, espérons que ce n'est pas lui qui me contrôlera pendant la course...

   Après ce moment de détente, sauna pour chasser les dernières toxines du week-end chez le Khanard et je rentre en pleine forme regarder Chat noir, chat blanc de Kusturica. 

   Demain, j'essaie l'ashtanga yoga...

Voir les 8 commentaires

Marathon: J-5

Par yayoun - 23-09-2008 19:55:59 - 8 commentaires

L'une des raisons qui me fait apprécier ce marathon est le choix marketing pour lequels ils ont opté et les newsletters en sont un bon exemple, très représentatif de l'humour et du sérieux qui caractérisent cette course. 

 

NEWSLETTER 23 SEPTEMBRE 2008

 

Bravo ! Vous serez 3’200 à fouler le bitume des rues de Genève dimanche prochain et nous nous réjouissons de vous accueillir. Considérant le nombre de course et le changement de date que nous auquel nous avons dû procéder, c’est pas mal du tout. La météo s’annonce clémente et nous devrions éviter les températures glaciales de ces dernières semaines. Les meilleures conditions seront donc réunies pour que vous fassiez la  course de votre vie.

 

Voici votre dernière newsletter avant le grand jour… Alors lisez-la attentivement !


 

Les chapitres

1. Je ne suis pas un numéro !

2. Passez le témoin !

3. Prêts ? Partez !

4. Montrez-moi la voie

5. Qu’est-ce que tu bois doudou dis-donc… ?

6. Comme une ambiance de fête

7. Autres informations

8. Et mon cadeau ?

9. Soyons sérieux


1.  Je ne suis pas un numéro !

…Mais il vous faudra en porter un.

Pour retirer votre dossard, la police scientifique du Genève Marathon exigera votre ADN et emprunte digitale. En fait, non. Ayez simplement avec vous la confirmation d’inscription (pour ceux qui nous ont donné une adresse correcte et qui se sont inscrits avant le 12 septembre) ou une pièce d’identité.

Pour récupérer les dossards rendez-vous le samedi 27 septembre sur la Place de Châteaubriand (à côté du Palais Wilson) de 10h à 18h et dimanche 28 dès 7h00 au même lieu.


 

 


 

 

2. Passez le témoin !

Amis relayeurs, vous recevrez une enveloppe contenant une puce avec velcros et deux dossards. Comme chacun devra porter son dossard, nous vous recommandons de retirer votre dossard le samedi ou, si vous le retirez dimanche, de vous y rendre ensemble.

Celui d’entre vous qui courra les 12km se rendra directement au départ, tandis que le plus endurant de votre binôme, ira prendre la Mouette à la Perle du Lac. Premier départ à 8h10 puis toutes les 20 minutes. Attention, toutes les affaires personnelles (on a bien dit toutes !) doivent être déposées au Cycle de Sécheron.

Une fois le témoin transmis, un transport en mouettes est prévu dans l’autre sens à la même fréquence. Vous pourrez ainsi vous rendre facilement au point de départ ou rejoindre l’arrivée pour récupérer votre prix souvenir et encourager votre coéquipier. Comptez environ 30 minutes pour le trajet et l’attente.

Concernant le témoin, nous vous rassurons tout de suite : vous n’aurez pas à courir avec un bâton de 5 kilos sans le laisser tomber. Vous n’aurez qu’à vous transmettre la puce que vous recevrez qui s’attache à la cheville à l’aide d’un velcro.

 


 

 

3. Prêts ? Partez !

Pour les distraits en priorité, mais aussi pour ceux qui ne se seraient pas encore penchés sur ce détail, nous vous rappelons les horaires de départ.

Les deux départs seront donnés sur le Quai Wilson, en face du Palais du même nom. Le marathon et relais (1er relayeur) à 8h30 et le semi-marathon à 11h

Attention, cette année les vestiaires et lieux de dépôt de vos sacs sont situés à 400m du départ / arrivée au Cycle d’orientation de Sécheron. Donc, si vous ne souhaitez pas courir en jeans ou avec votre sac à dos, passez-y avant votre course. Les plans sont disponibles sous : http://www.genevemarathon.ch/img/geneve_marathon_parcours/P_plan_village.jpg

 


 

 

4. Montrez-moi la voie

Pour vous rendre au départ, oubliez la voiture : le secteur sera complètement bouclé ! Une seule consigne pour ceux qui souhaitent se rendre au départ à l’heure : prenez les TPG ! Les lignes 13 et 15 vous déposeront à l’arrêt Butini qui est à mi-chemin entre les vestiaires (au cycle de Sécheron) et le départ (Quai Wilson). http://www.genevemarathon.ch/img/genevemarathon_transport/T_Plan_transport.jpg

Pour ceux qui feront un bout du trajet en voiture, vous pourrez laisser votre véhicule dans différents parkings puis rejoindre la ligne de départ. Tous les détails sur les transports au lien suivant : http://www.genevemarathon.ch/infos_pratiques/transport.php

 


 

5. Qu’est-ce que tu bois doudou dis-donc… ?

Ne crains rien, ami coureur : des boissons revigorantes et de rafraîchissants breuvages te seront servis par notre service de sommeliers. Qu’il fasse chaud ou qu’il fasse froid, le service de restauration du Genève Marathon est prêt pour étancher votre soif. Tous les 4 -5 km  du parcours, il y aura à votre disposition de l’eau - à tous les points de ravitaillement (http://www.genevemarathon.ch/course/ravitaillements.php) –  puis, selon les lieux, des boissons isotoniques, de la nourriture et des éponges pour se rafraîchir.

Quelque soit la distance, un programme diététique adéquat fait partie intégrante d’une

préparation optimale. Profitez des conseils de PowerBar - l’expert en nutrition sportive - et

partenaire officiel du Genève Marathon. Pour en savoir plus il vous suffit de cliquez ici! http://www.genevemarathon.ch/files/fr/Geneve_marathon_ravito/DD_dietetique_appropriee_powerbar.pdf

 


 

 

 

6. Comme une ambiance de fête

 

Musiciens, danseurs et artistes vous attendront aux contours de certaines rues pour vous

soutenir dans vos efforts. Pour avoir le détail des animations consultez notre page : http://www.genevemarathon.ch/infos_pratiques/animations.php

 


 

 

7. Autres informations

Il est peut être encore temps de vous rappeler que le site www.genevemarathon.ch est assez fourni en informations (si si, des gens bossent dessus de temps à autre). Si vous avez des questions, des doutes, allez y faire un tour et consultez notre page FAQ (lien : http://www.genevemarathon.ch/infos_pratiques/faq.php)

ou sur le journal du coureur : http://www.genevemarathon.ch/files/fr/geneve_marathon_flyer/C_Journal_du_coureur_final.pdf


 

 

8. Et mon cadeau ?

Cette année, le prix souvenir et la médaille s’inscrivent sous le signe de la légèreté et du temps. Afin de ne pas alourdir vos frêles épaules de coureurs après des efforts démesurés, les organisateurs ont opté pour la médaille la plus légère et transparente du monde: une médaille en plexi ! Vous verrez, elle est magnifique et révolutionnaire, mais seuls les marathoniens en profiterons (quelle bande de veinard ceux-là, déjà qu’ils profiteront 2x du parcours).

Mais ce n’est pas tout, tous les coureurs (j’ai bien dit tous les coureurs, donc même les semi-marathoniens) recevront une magnifique montre ultralégère et mégatendance dessinée par notre graphiste adoré. Je suis certain que vous l’adorerez.

Et oui, une fois de plus, ils ont fait vraiment fort et continuent à penser à vous et maintienne leur idées originales et décalées.


 

9. Soyons sérieux

A toutes et à tous qui vous élancerez dimanche 28 septembre pour cette 4e édition du Genève Marathon : Tous les membres de l’organisation vous souhaitent une très bonne course et beaucoup de plaisir !!!

 

 

 

 

A bientôt,
L’équipe du gm

 

 

En plus, on va avoir de supers cadeaux, je la veux moi la médaille en plexi et la montre...Au moins, la montre, elle sera peut-être à ma taille...

p******, ça s'approche, j'ai la trouille, Maman, je veux plus y aller...

Voir les 8 commentaires

Les aventures de Tom Pouce au pays des Géants de la course

Par yayoun - 23-09-2008 19:49:32 - 5 commentaires

 Et c'est reparti pour de nouvelles aventures dans le monde merveilleux de la course à pied Direction la Ronde de Crussol. La dream team embarque dans mon pot de Yayoun. Et ben, moi qui pensait que le Castor était long à se préparer pour une course, je crois que le Dingo bat tous les records...Il monte à bord avec des sacs débordants de toutes parts, ne retrouve plus ses lunettes, ses gants...Ah la la, le génépi...D'ailleurs, c'est le moment de débriefer sur la soirée de la veille et l'état de chacun: perso, je suis au bord de la déshydratation et de l'extinction de voix, j'affiche un joyeux 39° de fièvre, j'en connais deux à l'arrière qui étonnamment, ne se sentent pas terribles ce matin. Steph, lui, a été plus malin que tout le monde: il a bu...toute la nuit...de l'eau bien entendu pour compenser les excès de la veille...Après quelques péripéties routières, nous arrivons enfin à St Peray.Je me gare ou plutôt tente de me garer mais dans la voiture, ça se marre, ça critique , ça conseille et surtout ça attend que je me loupe...Du coup, je laisse le Castor la garer. Ca fait plaisir à l'ego masculin (ça Cédric, c'est pour les différents commentaires ) Comme je savais qu'à la vue des tables d'inscriptions, de tous ces dossards qui me tendent les bras, ma raison défaillerait, je suis venue en tenue de ville et sans certificat médical, comme ça, je suis sûre de ne pas pouvoir courir...La dream team se prépare dans la voiture...Ah!!! si vous saviez tout ce qu'on a vu avec Maria...Et sans la censure des autocollants kikourou... Enfin bref, les voilà prêts à aller chercher leurs dossards. Tout le monde s'inscrit, on retrouve d'autres kikous absents hier soir...Et il est temps de prendre le départ. Badgone, Sylvie et Lolarun sont partis pour les ruines du chateau histoire d'immortaliser les heures de gloire de nos champions et je m'avance sur le parcours pour les prendre au départ... Je mets l'appareil en mode rafale et avec quelques coups de chance, j'arrive à voir quelques kikous...On encourage, on applaudit et ils disparaissent au loin...Bon, maintenant, trouver un bar et boire un thé...Ma gorge se meurt... Mais là, mon téléphone sonne ...avec une sonnerie ô combien reconnaissable...celle que j'ai du entendre une bonne trentaine de fois durant l'utmb...celle attribuée à Paspeur...: t'es où? Ben, au départ et c'est parti pour retrouver tout le monde: Paspeur et Mme Paspeur, Mimi et Petitjean, Caro, Akuna, Jacqueline et on remonte le parcours sur un km pour aller encourager les géants...

    Les premiers du 7kms arrivent et alors là, nos applaudissements couvrent nos différents commentaires sur leurs techniques de course et là, je ne vous dis que ça, ils se sont faits taillés tellement de shorts qu'ils ont du finir à poil nos coureurs... J'ai des noms pour faire LDP et LDP bis...Ca y allait fort. Badgone nous rejoint, installe des pancartes signalant notre présence et il faut être honnête, les kikous mettent le feu dans le virage...Ca crie, ça applaudit...ça mitraille pour les photos...Le premier kikou arrive sur la course des sept kms et le virage s'enflamme...Ca fait chaud au coeur... On encourage tout le monde et je me souviendrais d'une femme qui a couru le 7kms à son rythme et de son amie qui l'encourageait et qui n'arrêtait pas de répéter, j'y crois pas, elle l'a fait, elle l'a fait et ça, ben, c'était super émouvant de partager ce court moment avec elle, de se rappeler de ce qu'on ressent quand on se dépasse (attention: Genêve n'a qu'à bien se tenir, ça me regonfle à bloc, moi aussi je veux dire je l'ai fait...). 

    Les premiers du 15 kms arrivent et Soeur Anne ne vois-tu rien venir? Mais si, la vigie Paspeur aperçoit un short dont les couleurs obligent à régler les contrastes sur les appareils photos, mais oui, vous l'aurez deviné, Jérôme arrive en 9e position (limoncello, nouvel EPO???) et les kikous se déchaînent...Les gens se demandent d'ailleurs qui sont ces barges habillés de rouge (serait-ce pour que les gardiens de l'asile nous repèrent plus facilement???) Je pars le rejoindre à l'arrivée et sur le chemin, je croise Nico26 puis Franky07. Le temps d'enfiler des fringues plus chaudes et on part rejoindre les kikous: premières impressions courses: c'était super mais il manquait un peu de jus dans les jambes dans les montées...Tiens, tiens, je ne vais pas tarder à entendre une remarque similaire d'un autre kikou...

   Les autres sont toujours enragés à leur poste d'encouragement (et,  je peux avoir les mêmes supporters à la Sainté lyon???) et on attend l'arrivée des autres kikous: Crapahut, Steph, Maria, Martinev, Béné, Françoise 84, Philkikou... Je ne me souviens plus de l'ordre exact...Et ça continue d'observer les coureurs sous toutes les coutures...J'autocensure mes commentaires...D'autres se chargeront j'en suis sûre de les rapporter...

   Bon c'est pas tout ça mais on commence à avoir faim et soif et qui manque-t-il? Le Castor et L'Dingo...Tiens, tiens...La vigie guette...confond un autre coureur avec le Castor et enfin on voit un dingo arriver, se remettre à courir en nous entendant suivi de près par le Castor  qui a connu des jours meilleurs...

   C'est le moment de repartir vers l'arrivée où on retrouve Lolarun, Titifb, Maria et le Castor  qui m'explique qu'il avait plus de jus dans les jambes...tiens, n'aurais-je pas déjà entendu ça quelque part??? On retrouve tout le monde et là commence l'heure la plus longue: celle du tirage au sort...l'animateur égrène des numéros de dossard dont les propriétaires sont tous plus absents les uns que les autres ...Allez, accélère, j'ai faim moi...Mais soudain, l'estomac sur pattes se réveille: Béné 38 et Françoise 84 gagnent chacune un barbecue...Ah, ça commence à devenir intéressant...Maria gagne des chocolats...qui tentent doucement mais sûrement de me séduire en me faisant de l'oeil dans leur boite rose et noire....mange nous...mange nous...mange nous...NON, je résiste...Surtout que si j'y touche, je vais réveiller la tigresse qui sommeille en Maria...Et on passe enfin au podium...Les kikous font un carton plein et la scène s'habille de pourpre...Ah,les kikous, ce sont vraiment des rois...En plus, ils gagnent toutes les bouteilles nécessaires pour accompagner la paella qui nous attend...

   D'ailleurs, c'est le moment de la rejoindre cette paella mais en partant, je me plante de nouveau dans le rond point et on repart pour un tour (le quatrième de la matinée...) Ah, les filles au volant...mais j'ai perdu mon TOMTOM (d'ailleurs, Maria, c'est bon, je l'ai retrouvé Ce qui m'inquiète plus,c 'est que je n'ai aucune idée de comment il est arrivé là où il était...). Le Castor manque de s'endormir: est-ce le résultat de ma conduite souple et féline ou plutôt celui du doux ron-ron de ma voix en mode continu qui se transforme en berceuse ??? Cela dit, avec le Dingo, j'ai du souci à me faire niveau concurrence...

   Enfin, nous arrivons au royaume des Dieux et là, ce n'est plus la Khanardie mais la Khan-Arcadie, une magnifique paella nous attend...Ah, est-ce une hallucination?un doux mirage? Mais non, elle est bien réelle et ça sent bon...En plus, Pascale nous a fait plein de supers tartes dont les kikous, l'air de rien, se rapprochent avant de les dévorer...Place à l'apéritif et à la dégustation des fruits du Bacchus italien, tous meilleurs les uns que les autres, l'Asti, le Barolo (que de souvenirs...), le Ber... (jai oublié les autres syllabes et aussi le 4e vin: Titi, )

 Mais,  au fait, j'ai une voiture à conduire moi, j'ai pas encore l'habitude et puis Tom Pouce, c'est pas vraiment le gabarit de Petitjean, je me contenterais donc de déguster et tremper mes lèvres dans ces nectars divins...

   Le trou normand sera remplacé par une petite sieste digestive au soleil dans les transats du Khanard...Titi me propose de partager le sien mais je ne le sens pas ce coup là...Va expliquer à la Maif et à la Mgen que je peux pas aller bosser parce que je me suis coincée dans un transat lors d'un we de fou...Mais magie du royaume de Khanardie, un 4e transat apparaît dans les mains du Khanard (et je vous promets que c'est pas l'effet de vin sinon je me serais sérieusement casser la gueule) ...

   Et là, nous vivons un pur moment de bonheur ...surtout pour une fille du Sud...il fait beau, chaud, on peut être en débardeur, allongée sur un transat ...Profitons

    Le jardin devient the place to be et le taillage de short reprend ...faut dire que j'en prends pour mon grade...merci Badgone...tu feras une autre tête le jour où je feraidu 95 C (quand je serai grande ). Plus sérieusement, t'as intérêt à grimper plus vite que moi au trail urbain...sinon...gare à tes mollets....Faut pas être sain d'esprit pour s'attaquer à plus petit que soi . Mais tout à coup, tout le monde se lève et repart sous la tente. Que se passe-t-il? Qu'est-ce qui a provoqué ce départ à l'unisson??? Je vous le donne en mille, le Khanard a annoncé la farandole de desserts...Hmmm, le gateau au chocolat est de nouveau là...regarde moi, craquant à l'extérieur, fondant à l'intérieur, goûte moi...Hmmm, viens là mon gateau... Mais là, ce n'est plus le petit bonhomme d'hier qui me tape sur l'épaule mais le Khanard en personne : ce serait pas deux minutes sur marathon ça.??? Grrr, M'en fiche, je le mange quand même...Dieu, que c'est bon...i...En rentrant, je mangerai de la soupe (peut-être que ça me ferait grandir et que moi aussi je pourrais rejoindre les géants...)

    Mais c'est déjà le moment de rangerUne partie de bad s'improvise sous la tente tandis que les départs s'organisent...Et, oui, il faut partir, le week end est fini...Non, je veux pas partir...La khanardie, c'est comme Eurodisney, quand vous y êtes, vous ne voulez plus retrouver la réalité...

   Dis, le Khanard, c'est quand la prochaine aventure???Dis, je peux venir??? J'ai même laissé ma serviette pour réserver ma place...

   En tous les cas, plus sérieusement, un immense gigantesque énorme MERCI à Pascale et Alain qui ont fait de week-end une fête, un feu d'artifice, que dis-je un étourdissement magnifique et grandiose...Merci et Merci à tous les kikous qui font que ces week-ends là sont toujours surréalistes...

   Prochaine aventure: Tom Pouce à Courmayeur pour faire l'Abracadabra ou comment Tom Pouce sait comment il part mais pas comment il va arriver...

Voir les 5 commentaires

saturday night fever in Khanardie

Par yayoun - 22-09-2008 19:46:30 - 9 commentaires

J'entamerais la suite de mon récit en m'inspirant de Mme de Sévigné, voisine de la khanardie:

"Je m'en vais vous mander la chose  la plus étonnante, la plus surprenante, la plus merveilleuse, la plus miraculeuse, la plus étourdissante, la plus inouïe, la plus extraordinaire, la plus éclatante, la plus digne d'envie"     : un samedi soir en Khanardie. (au fait, ça me fait penser à une blague carambar: que fait un canard qui recule: nioc-nioc-nioc )  

Retour au coeur du royaume: griffée de partout mais heureuse Mais avant d'attaquer cette soirée de débauche, une douche ne serait pas malvenue mais nouveau point absolument déplorable: l'organisation n'a prévu que deux douches: il faut prendre un ticket, quel scandale Attendre au milieu des odeurs de transpiration alors que la table se charge des trésors de Bacchus...Et en plus l'hôte de ce royaume me grille ma place ...Pour soi-disant tout mettre en place (pour ceux qui ne maîtrisent pas encore l'art du second degré pourtant très en vogue sur kikourou mais souvent incompris, bien entendu ce off était formidable ) Enfin, douchée, habillée en civil dirons-nous, il est temps de passer aux choses sérieuses à commencer par l'apéritif...Week-end quatre étoiles oblige, c'est au champagne que nous célébrons les courses de certains, les anniversaires d'autres et que nous rendons hommage au plaisir d'être ensemble et de passer un bon moment tout simplement....Ca trinque, ça discute, ça s'éclate en Khanardie. Je fais connaissance avec Nico 26 et Gazelle qui n'ont pas du être déçu de leur premier we kikou...

   Arrive le moment tant attendu du repas et là, je dois avouer, rougissante, que la dégustation privée qui suivit cette soirée a quelque peu entamé ma mémoire et je ne me souviens que du sanglier . En plus, quel sacrilège pour moi, ancienne végétarienne, légèrement opposée à la chasse, moi qui n'ai jamais mangé de gibier, mon dieu, je n'ose le dire...mais si je ne le confesse pas, je ne serai pas pardonné...J'ai mangé du sanglier...et en plus, p***** qu'il était bon...Bravo au cuisinier, c'était un met digne de l'Olympe réuni ce soir là sans compter les farandoles d'entrée, de fromages, de desserts tous plus appétissants les uns des autres...Mais, je sens un petit bonhomme me taper sur l'épaule: t'aurais pas un marathon à courir toi dans une semaine? 1kg= 5 min de plus...grrr maudite Raison mais il faut bien avouer qu'elle a raison...Donc on ira mollo sur les desserts et je partage mon infortune avec Caro venue nous rendre visite et qui prépare les 100km de Millau (ah, ces maudits gâteaux qui nous font de l'oeil) et avec un Badgone soi-disant au régime Aiguilles Rouges...alors que la corne d'abondance nous regarde depuis la table (courir pour manger ou manger pour courir? Question existentielle...)

   Le repas prend fin, les premiers kikous vont se coucher. C'est pas tout ça mais il y en a qui courent demain.  Le jardin du khanard se transforme en village quechua (ah, les tentes qui se jettent...c'est pratique à installer avec 3g dans le sang ). Des kikous dorment dans les chambres, dans le jardin. Nous décidons donc d'aller nous coucher...Mais je ne sais quel bug s'est produit? Etait-ce de voir le dingo monter sa tente en même temps que Nico démonter la sienne? Etait-ce de montrer Cassiopé et la Petite Ourse au Khanard? Mais ça s'est mis à déconner sérieusement...Du coup, une soudaine prise de conscience collective surgit: mais, on n'a pas goûté les digestifs? 

     Décision est donc prise de retourner sous la grande tente pour pallier immédiatement ce manque: nous ne sommes plus que 8. Alors, histoire de prendre les devants et de contrevenir immédiatement à toute publication de dossiers compromettants à mon encontre (et oui, kikourou, c'est pire qu'Edwige, y a des appareils photos), je donne tout de suite les noms: ceux qui sont toujours de tous les coups tordus: en tête le roi du domaine, Alain accompagné de Cédric, Jérôme, Steph et Didier dit le Dingo (ça veut tout dire) puis les nouveaux Gazelle et Nico qui se voient de ce fait intronisés Kikous et bien sûr, votre serviteur en reportage secret bien entendu ( comment j'aurais fait sinon pour tout vous raconter et vous faire découvrir un truc encore top secret: les after offs )

    Et ça attaque d'abord par une boisson italienne, sponsor de la majorité des offs, le limoncello à température idéale, c'est à dire givré...Une bouteille à huit, ça reste raisonnable (décidément, c'est pas cette année que Titi va le goûter). Il est minuit, ça discute fort, ça refait le monde et ça imagine des off encore mieux, encore plus durs, encore plus extraordinaires et surréalistes...L'alcool aidant, on aurait apparemment oublié que les parois de la tente ne sont pas en béton armé et que donc, tout le village kikourou nous entend...Oups... Ben, ya plus de limoncello...Cela marque le départ de Gazelle et Nico...Non, Séverine ne part pas, ne m'abandonne pas, ne me laisse au milieu de tous ces garçons, ça va être ma fête...Mon pire cauchemar se réalise, être seule au milieu de six hommes, tous plus sportifs et plus musclés les uns que les autres, aie et moi qui n'ait pas pris ma bombe lacrymo (J'ai reçu des menaces directes pour m'obliger à écrire ces compliments

     Et là, le fou en son royaume nous sort sa potion magique, non, pas la gourdasse bleue, mais son génépi fait maison. Hmmm, c'est une boisson d'hommes ça Mais moi, je suis une fille, je bois les trucs doux,sucrés mais le Khanard ne transige pas: je dois goûter ... Hmmm, c'est fort, waou, ça réchauffe ...Quand je rentre, je me mets à un sport où on boit du thé avec des petits gâteaux...Alain cherche en vain des sablés du Lutin et m'apportera à la place du gâteau au chocolat...Euh??? Y a combien de calories dans un verre de Génépi???Et ben, heureusement que ma tente n'est pas loin...Et heureusement que je ne cours pas demain...Mais ça ne leur suffit pas et le canard me ressert. Si je refuse, je l'offense...Ben, je vais vous faire une confidence: y en a qui sont fin prêts pour l'abracadabra...(A quand une course avec ravitaillements en digestifs: 5km: limoncello, 10km: génépi; 15km: chartreuse; 20km: schnapps ...)

    C'est pas tout ça mais il est deux heures du matin et y en a qui courent demain matin (pauvres d'eux...)Hop, au lit, réveil à sept heures...mais ça, c'était sans compter Badgone qui réveillerait un sourd avec ses ronflements, un Dingo qui rit tout seul dans sa tente et un Castor célèbre pour avoir des nuits ...étonnantes dirons-nous...Chut, je branche mon ipod et essaie de m'endormir sur la BO de Into the wild...

    Avec l'antigel qu'on a avalé, c'est bon, on risque pas de se cailler mais quelle erreur ai-je faite d'acheter un sac en soie verte???C'est pas du tout feng shui tout ça... Impossible de dormir enfin surtout à cause de l'angine que je couve depuis une semaine et qui choisit cette nuit pour atteindre son apogée (dire que j'aurais pu être aphone ce week-end...Ah, ils auraient pu être tranquilles???) 5h 30 du matin, je me souviens que je suis à la campagne et à la campagne: il y a des coqs et des canards (des vrais cette fois-ci). Mais combien ils ont de coqs dans cette région? Ca n'arrête pas...je veux dormir...please...laissez moi dormir...soudain, un coup de feu...Si le chasseur a descendu le coq, je jette aux orties toutes mes convictions, je l'embrasse et lui fais un coq au vin (enfin, faut peut être pas abuser) mais non ce maudit ************************************************************************************************* le coq est toujours vivant et il a de la voix...Bon, je cède et me rends: je me lève. J'avais placé ma tente de façon à voir le lever du soleil en ouvrant ma porte, je ne suis pas déçue...C'est magnifique...Ah, quelquefois, ce genre de petits moments de sérénité me manquent en ville...C'est l'endroit idéal pour faire un salut au soleil mais si je passe en position du chien à trois pattes enchaînée sur le crocodile et le cobra, Badgone va se foutre de ma gueule

   Et puis il faut petit-déjeûner et surtout boire de l'eau, du thé, tout sauf du génépi...

Et là, je tiens à adresser tous mes remerciements à Pascale, reine en ses lieux et véritable fée qui s'est levée et nous a préparé à tous le petit déjeûner. Vraiment merci, pour ce moment et pour tout le week-end, pour tout le boulot qu'elle a fait car c'est un sacré boulot d'accueillir tous ces kikous (ne t'inquiète pas Alain, je ne t'oublie pas, vous avez tous les deux fait un super boulot). 

  Un thé, un muffin et c'est parti pour la ronde de Crussol. 

  Le récit de la course pour demain, c'est moins marrant mais j'ai un paquet de copies à corriger...

Les kikous vont-ils tout gagner? 

Que s'est-il passé durant cette ronde? 

Le repas de midi était-il aussi gargantuesque que le samedi soir? 

Vous le saurez en lisant l'épisode 3 des feux de Yayoun, demain sur vos ordis si tout va bien...

Voir les 9 commentaires

Il était une fois...La khanardie

Par yayoun - 22-09-2008 17:30:11 - 8 commentaires

Semaine du 20 septembre, un nouveau week-end magique se profile, un week end idyllique, un week end en khanardie...

   Arrivée prévue: vendredi soir. Mais je me heurte au paradoxe de ce week end: à une semaine du marathon, il va falloir allier raison sévère et folie douce, dur, dur...Le vendredi est là et j'ai besoin de sommeil. Nous savons tous que les we de off permettent difficilement de récupérer (Mea culpa) et il me faut une bonne nuit dans un vrai lit. Je partirais donc le samedi matin et bonus, cela m'évitera les embouteillages. 

    Samedi: après un rapide passage chez DK étant donné que je n'arrive pas à retrouver mon sous-sac chez moi, je prends enfin la route direction le pays des canards, des castors et des dingos...(Est-ce bien raisonnable???). 12h, mon téléphone sonne en plein démarrage en côte. Le seul qui peut m'appeler à ce moment ô combien périlleux de ma conduite ne peut être qu'un animal à longues dents: le castor. T'es où? J'arrive mais la Khanardie, ça n'existe pas sur mon GPS. Perdue dans mes pensés et malgré le plan du canard, je me perds dans la réalité et je me retrouve de l'autre côté d'une rivière mais ce n'est pas la bonne Je reviens sur mes pas et là, apparition divine, une voiture noire avec un autocollant kikourou surgit de nulle part devant moi (on peut se convertir au kikourisme???): Paspeur et Mme Paspeur. Merci le dieu kikou, je les suis jusqu'à la maison magique perdue au milieu d'une île: le royaume du sieur Khanard. Ca y est, on débarque de la voiture, le week-end de folie peut commencer

   Je retrouve Paspeur et Mme Paspeur, mes sauveurs, Béné, Jérôme, Cédric et je fais connaissance avec la fée Pascale, reine du royaume du khanard et les petits princes (Juliette nous fera même l'honneur de la couronne le dimanche). 

   Premier étape: décharger la voiture. C'est pas tout ça mais il y en a qui s'entraînent pour l'abracadabra et j'ai huit litres de bière dans le coffre Les miens ajoutés aux 10 litres d'Alain, je sens qu'il y en a qui préparent le podium

    Je découvre le lieu des célébrations, une immense tente aux couleurs de kikourou dans laquelle les agapes s'apprêtent à commencer...Il fait beau, ce week end s'annonce comme formidable...Je rencontre de nouveaux kikoureurs, de nouvelles recrues dûment intégrées et bizutées durant ce week-end...

    Les festivités peuvent commencer...On peut le dire, les kikous ne sont pas avares dans leurs offrandes de victuailles et de nectar des dieux sur l'autel du sport...Je goûte l'une des multiples sortes de bière offertes à nos yeux et à nos papilles mais décidément, la bière, ce n'est pas mon truc...L'abracadabra, pour moi, sera en classement sobre...

    Ca discute, ça mange mais bon, c'est pas tout ça mais on a aussi prévu de courir. Dans un monde raisonnable, je devais faire une petite sortie samedi, 1h max mais comme la raison m'ennuie de temps en temps et que je préfère la douceur de la folie, je m'embarque avec les autres pour  une sortie bien sympathique de 3h, 18km et 800m+. 

J'y apprends  à connaître un sacré bout de femme, Maria dont les mérites m'avaient déjà été vantés par différents kikous et c'est le coup de coeur. Déjà, elle parle au moins autant que moi et même les côtes ne la font pas taire mais surtout elle a une gnaque, un dynamisme, une quantité de choses à m'apprendre, je sens qu'on va bien délirer (d'ailleurs, plus sérieusement, ce qui est aussi génial dans un off, c'est tout ce que j'y apprends, les cours de descente avec Petitjean, de montée avec Denis (attention le Castor si tu me pourris cette phrase) et Maria, de volonté avec Béné, bref, tout le monde m'apporte quelque chose et tout cela, c'est le secret des moments magiques). On pose les voitures, Le castor est ravi de descendre après avoir été entouré de filles qui lui ont détruit les oreilles pendant tout le trajet (pense au nombre d'hommes qui auraient voulu être à ta place et on attaque par la montée de la mort qui tue. Béné voulait apprendre à monter, ben on va pas être déçu du voyage. Il fait beau et chaud et rien que ça déjà, ça fait un bien fou...On monte et ça discute. Le paysage est magnifique, le thym est encore en fleur. On croise quelques chasseurs mais ceux-là ont la fleur au fusil (enfin, en tous les cas, ils ont le fusil cassé, c'est déjà ça et puis, ils font pas le poids face à 30 huluberlus tout de rouge vêtus). On continue de monter mais le souffle parvient de moins en moins à soutenir le phrasé. Avec Béné, on passe un pacte. On fera toutes les deux notre première saintélyon cette année alors si elle arrive, j'arrive et si j'arrive, elle arrive, c'est ça aussi l'esprit kikourou. 

    Bien évidemment, ça monte toujours, ça griffe, c'est inadmissible, l'organisateur du off n'a même pas tailler les ronces et nettoyés les chemins pas plus que les chasseurs d'ailleurs ( à bon polémiqueur salut) et enfin on commence à voir les ruines du chateau. Le paysage est somptueux avec les montagnes bleues sur la gauche, les ruines sur la droite: elfes et farfadets, où êtes vous? En tous les cas, il y a trentes princes et princesses au milieu des ruines ( et oui, vous savez tous que Kikourou est le pays des Bisounours) et l'une d'entre elles nous enferme dans une boîte magique avec les ruines derrière nous et capturent ces moments pour les inscrire dans l'éternité de Picasa...

   Petit ravitaillement en haut avec au choix: les spécialités régionales de Maria, le pain d'épice de Célia ou les barres au café de Badgone (ah, pauvre Castor qui a servi de cobaye). C'est pas tout ça mais c'est venté comme coin quand même et il est d'attaquer les descentes ...Grrr, j'aime pas les descentes. En plus, la raison rejoint enfin mon cerveau et j'ai aucune envie de me faire une cheville à une semaine de Genêve. Petitjean me rappelle de me pencher plus vers l'avant, Paspeur m'explique que mes pieds avancent tout seuls, que je n'ai pas besoin de les regarder et qu'il me faut poser mon regard loin devant  et les deux de préciser que j'aurais l'air moins crispé .Comment, moi, crispée???Mais non voyons, je suis super détendue, ça ne se voit pas? Quelqu'un voudrait-il me prêter des pieds qui avancent tout seuls parce que là...ou alors des bottes des sept lieues (dis Petitjean, tu me prêtes tes chaussures???). Evidemment, comme dans toute descente qui se respecte, l'organisateur a placé des ronces, des pierres, des racines et un photographe en bas pour filmer la chute quasi inévitable si on regarde l'objectif. Mais ça passe. Finalement la danse de salon, ça sert en trail: 1, 2, 3 pied gauche sur cette pierre, 1, 2, 3, droit sur l'autre pierre, je sens que je vais progresser en tango...

    C'est ensuite le moment de choisir entre petit parcours et un peu plus grand: et là la raison me fait fux bond et le khanard m'entraîne dans le tourbillon de la folie en m'expliquant que si je cours le marathon, même pas besoin de me poser la question, je les suis. Mais pétard, ça monte dans les ronces. Je suis les conseils de Maria (qui soit dit en passant marche aussi vite que je cours en montée) et j'imagine que je tiens une corde pour monter mais là, la corde , elle va pas tarder à claquer et je vais me la reprendre en pleine face. Heureusement, je trouve un nouvel objet de motivation qui fonctionne plutôt pas mal. Et on arrive enfin en haut après avoir un peu herborisé, récolter quelques épines de ronce, quelques griffures mais après avoir dégusté les mûres mûres à point et à coeur.

    Et c'est parti pour une nouvelle descente, direction les voitures et enfin, après trois heures de course, retour au bercail où des agapes encore plus décadentes nous attendent...La suite plus tard. A la façon du narrateur de Jacques le Fataliste, je profite de ma position pour vous faire languir...Que s'est-il donc passé samedi soir chez le Khanard? 

Voir les 8 commentaires

Bienvenue

Par yayoun - 22-09-2008 16:41:48 - 7 commentaires

  Coucou tout le monde,

et voilà, ça y est, radio kikourou est ouvert . Je poursuivrais ici mon ancien blog. Merci Matthias d'avoir répondu aussi vite à ma demande.

   Enfin un blog où je vais pouvoir parler sans que de terribles censeurs et/ou modérateurs ne tentent de me faire taire en me forçant à boire quelque liqueur douceâtre et sucrée ou quelque alcool étranger et frappé voire n'essaient de me réduire au silence en me faisant grimper la montée "de la mort qui tue" (citation du canard)

    En bref, un espace pour décrire mes courses, mes entraînements, mes préparations, mes doutes, mes joies, etc...et tout ça tombe bien car dans une semaine, un objectif se profile à l'horizon, le marathon de Genêve mais avant ça un petit récit de ce week end magique en Khanardie. 

Voir les 7 commentaires

Haut de page - Aide - Qui sommes nous ? - 0.17 - 106546 visites